Accueil



Présentation :

Corse
Canti & Musica - Anthologie de chants et musique profanes
Ocora - 2011


participer à notre action :

      En adhérant
      Par le mécénat
 

[ Retour ]

Publication  : aria (magazine bimensuel d’Air Corsica)
Auteur  : aria
Décembre 2011/Janvier 2012
Titre  : France, Corse, Canti & Musica – Anthologie de chants et musiques profanes
Ocora Radio France

Ce double album accompagné d’un livret en trois langues (français, corse et anglais) a été réalisé à l’initiative de Toni Casalonga, « benefactor » du projet, et de l’association Musiques du Monde, avec Casa Éditions, grâce au soutien de la Collectivité Territoriale de Corse, de l’ ADAMI et de la société Tapages & Nocturnes, en partenariat avec l’Auditorium de Pigna, le Centre Culturel Voce et le Centre de Musiques Traditionnelles de Corse. Il vient utilement enrichir la belle collection Ocora, éditée par Radio France, au panel déjà bien fourni. À travers une cinquantaine de mélodies et de chants traditionnels, c’est toute la richesse de la culture musicale corse qui est ici répertoriée de façon aussi documentée que vivante : polyphonies, paghjelle, chjama é rispondi, berceuses, complaintes ou encore lamentations funèbres... La variété instrumentale est mise à l’honneur, qu’il s’agisse de la cetera, de la cialamedda, ou des flûtes de berger pifana et pirula, très « identitaires », ou du violon, de la guitare, de la mandoline ou de l’accordéon, adoptés puis définitivement intégrés ensuite, tous témoignent de la vitalité d’une culture attachée à ses racines, profondément originale mais aussi généreuse et ouverte sur le monde qui l’entoure.

Coffret Livret trilingue et deux CD

Publication  : Escambray et
Kaosenlared.net (Cuba)

Auteur  : Manuel Echevarría Gómez
6 janvier 2009
Titre  : Cuba, Punto et trova
de Sancti Spiritus
Ocora Radio France

Cuba. Punto y Trova de Sancti Spíritus, excelente libro, dotado de dos CD que promueven lo mejor de estas manifestaciones tradicionales componentes insoslayables de nuestra identidad, conquista por estos días al público del viejo continente.

Editado por la Colección Ocora, de Radio France, en coordinación con el Instituto Cubano de la Música y el sello Colibrí, el volumen responde también a los buenos oficios de la Asociación Músicos del Mundo (AMM), interesada en promover talento artístico de calidad al margen de los estereotipos condicionados por el consumo.

Una magnífica impresión en papel cromo distingue el soporte de ilustraciones, fotos y textos traducidos en los idiomas inglés, francés y español, que el editor Cyril Vincensini compendió y organizó espléndidamente auxiliándose de colaboradores cubanos como la doctora María Teresa Linares, Lino Betancourt, Efraín Amador, Juan Enrique Rodríguez Valle, Crescencio González Puentes y de los integrantes de las cuatro agrupaciones presentes en las grabaciones.

Aspectos medulares de la música yayabera autóctona se inscriben en las páginas del texto con un estricto apego a la fidelidad de los hechos, lenguaje sencillo y lujo de detalles que lo convierten en un estimable volumen para estudiosos de la música local, más que en un simple vector destinado a propagar sus esencias.

Discurren por las páginas del texto la décima y la tonada, la improvisación, el punto en los Siglos XIX y XX, sus tipos, las parrandas, la guajira, apoyados en el complemento que proporciona un primer CD con interpretaciones del trío Los Lamas y la Parranda Espirituana.

La segunda parte aborda la trova, el nacimiento de la canción cubana y del bolero, los coros de clave, los instrumentos y tiene como apoyatura musical otro CD interpretado por los tríos D’ Gómez y Espirituano.

La música instrumental que señorea el primer disco, lo mismo que las tonadas cantadas son una verdadera fiesta del más genuino guateque, mientras que los tríos hacen gala de su calidad interpretativa en temas antológicos del cancionero, donde no falta el numen creador de los compositores emblemáticos como Companioni y Teofilito.

Las grabaciones se realizaron en el Teatro América con equipamiento de la AMM y el producto terminado ya se presentó en la capital francesa y en diciembre próximo tendrá su acogida en el país. Suceso que vale la pena esperar para disfrutar de las bondades de este producto cultural que desde afuera aquilata nuestra música sin estereotipos ni cortapisas.

Publication  : evolutionmusic.org (Italie)
Auteur  : evolution
1 novembre 2008
Titre  : Cuba, Punto et trova de Sancti Spiritus
Ocora Radio France

La Villa del Espiritu Santo, conosciuta oggi come Sancti Spiritus, è stata fondata originariamente nel 1514 da Diego Velasquez. La città è situata al centro di Cuba, equidistante dalle coste settentrionali e meridionali, e fin dalle sue origini ha rappresentato ben più che un semplice centro abitato. Sancti Spiritus rappresenta infatti un luogo in cui le culture di Spagna, Canarie ed Africa si sono incontrate e, anziché tentare di predominare una sull’altra, si sono fuse tra loro. Questa fusione ha dato vita a stili musicali assolutamente unici ed originali che si sono tramandati nel tempo. Tutti questi generi come la guajira, la trova, la guaracha, il bolero e i diversi tipi di punto, sono la più antica ricchezza musicale dell’isola. Tutte queste musiche sono impreziosite dalle tematiche della poesia popolare, da delicate armonie e ritmi raffinati, dai suoni luminosi del tres e del liuto. Un tesoro culturale che "Cuba - Punto et Trova de Sancti Spiritu" permette di scoprire attraverso questo splendido progetto che, oltre ad offrire due cd di straordinaria musica tradizionale cubana, ha al suo interno un libretto ricco di note esplicative, illustrazioni, dettagli e curiosità.

Publication  : KR home-studio
Auteur  : Arnaud Fraisse
Février 2009
Titre  : Cuba, punto et trova
de Sancti Spiritus
Ocora Radio France

Ouvrage d’une prestigieuse collection éditée par Radio France qui propose un livre augmenté de deux CD illustrant le propos, et supervisé par Cyril Vincensini et notre collaborateur Klaus Blasquiz, Cuba Punto et Trova de Sancti Spiritus propose de revenir sur les racines de la musique cubaine à travers l’histoire de Sancti Spiritus, un lieu situé au centre de Cuba et considéré aujourd’hui comme l’endroit où les cultures hispaniques péninsulaires, canariennes et africaines se sont fondues pour produire des musiques originales et ancrées localement. On y pratique des genres comme la guajira, la trova, la guaracha, le bolero et toutes sortes de puntos qui mêlent poésie populaire, harmonies et rythmes subtils, timbres lumineux du luth et du tres...
Les disques ne sont pas accompagnés d’un simple livret, il s’agit bien d’un ouvrage complet et exhaustif de plus de 60 pages qui explore une histoire ou un style musical de sa genèse jusqu’à aujourd’hui, en expliquant son évolution par l’histoire et la géographie du lieu notamment (une carte de Cuba est même proposée en fin de livre). L’approche est quasiment encyclopédique et le contenu tellement riche qu’on en viendrait presque à regretter le format un peu petit de l’objet qui rend parfois la lecture fastidieuse et ne met pas forcément en valeur les documents visuels proposés. Mais au bout du compte Cuba Punto et Trova de Sancti Spiritus offre à l’auditeur un somptueux voyage au coeur d’un lieu riche de musique et loin des sentiers re-battus.

Publication  : Juventud Rebelde (Cuba)
Auteur  : Miguel Ángel Lizano
5 décembre 2008
Titre  : Cuba, Punto et trova
de Sancti Spiritus
Ocora Radio France

Perteneciente a la colección Ocora de la emisora estatal Radio Francia, los álbumes bajo el rótulo Punto y trova de Sancti Spíritus contienen canciones campesinas interpretadas por cuatro agrupaciones de esa provincia cubana

SANCTI SPÍRITUS.— Forasteros llegados de todas las latitudes descubren en el espirituano a una criatura aferrada a las tradiciones, heredera de un pasado que empapa enigmáticamente la cotidianidad en esta parte de la Isla.

Dicho letargo secular, que se percibe entre rejas, monumentos y acordes, nutre la carta de presentación de la villa frente al concierto de lo universal. Para algunos resulta chocante y pueblerino, en comparación con la dinámica de la contemporaneidad. Sin embargo, todo el que logra desentrañar dónde radica la valía de su esencia, encuentra aquí el conjuro de apertura a una atmósfera solo disfrutable hoy en otros sitios, a través de fotos carcomidas o lienzos decimonónicos.

Esa persistencia de otras épocas en el panorama espirituano también se palpa con facilidad en su música, lo que sedujo a la colección Ocora de la emisora estatal Radio Francia a la hora de grabar un CD doble de excelente factura bajo el rótulo Punto y trova de Sancti Spíritus, acompañados de un cuaderno homónimo con cierto nivel de información sobre el surgimiento y estado actual de estos ritmos tradicionales.

Los álbumes, a la venta hoy en toda Francia, parten de un trabajo de selección que abarcó diferentes regiones de Cuba, con el objetivo de elegir agrupaciones representativas de los valores de la música popular, con el mayor grado de autoctonía posible.

Debido a esta iniciativa, materializada a partir de 2006 con la venia de la Asociación Música del Mundo y del agregado cultural de la Embajada gala en La Habana se escogieron cuatro agrupaciones de Sancti Spíritus. Dos de ellas, el trío Los Lamas y Parranda Espirituana, incluyen uno de los discos, en el cual mediante sus 20 temas se exponen diversas variantes de la música campesina en la Isla, con las particularidades de esta tierra.

La exquisita interpretación de piezas como Alborada guajira, de Radeúnda Lima, y Amorosa guajira, de Jorge González Allué, constituyen algunos de los obsequios de Los Lamas, quienes además ofrecen en esta grabación las melodías de joyitas al estilo de Divertimento o Zapateo rural, bajo la autoría del director de este trío, Marcelo Lamas.

Por su parte Parranda Espirituana, agrupación insigne de la cultura en Sancti Spíritus, brinda con sus números un boceto que permite acercarnos a la adecuación histórica experimentada por los ritmos rurales cubanos en la central villa. Las diversas clases de punto, la décima y la controversia irradian la antigua espontaneidad del pentagrama en los campos del archipiélago.

El otro disco del proyecto Punto y trova de Sancti Spíritus quedó conformado finalmente con los tríos De Gómez y Espirituano, representativos del formato tradicional en la colonial ciudad. Aquí se insertan verdaderos himnos trovadorescos como Pensamiento, herencia mayor de Rafael Gómez Mayea (Teofilito) y Rosalba, Mujer perjura, así como Herminia, creadas por ese otro gigante que fue Miguel Companioni.

Este CD recoge también un delicioso popurrí de pasacalles, muchos nacidos en esta parte de la Isla, al igual que obras de compositores más recientes entre los que se incluyen José Cardoso, Carlos Sotolongo y René Bonachea

Con una calidad de impresión excelente, el texto que acompaña a las grabaciones, reseña la evolución del punto y la trova cubana, así como las particularidades de estos ritmos en el contexto sociocultural de Sancti Spíritus de los pasados siglos. Publicado en francés, inglés y español el texto de Cyril Vincensini, cumple con el objetivo para el que fue creado de informar al lector, aunque por momentos peque de categórico en muchas de sus polémicas aristas.

El cuaderno, sin pretensiones academicistas, se nutre del aporte de estudiosos como María Teresa Linares, Jesús Orta Ruiz, Alejo Carpentier, Argeliers León, Fernando Ortiz, Lino Betancourt Molina y Juan Enrique Rodríguez Valle.

El doble álbum Punto y trova de Sancti Spíritus promueve las sonoridades yayaberas. Como afirma el músico e investigador espirituano José Cardoso, el mérito fundamental de estas grabaciones radica en redescubrir para el orbe parte del legado musical de la villa, muchas veces enquistado en la añoranza de su pueblo, debido a la insuficiente divulgación nacional.

Esperemos que se precise la fecha de lanzamiento en Cuba. Para entonces, la torre Eiffel y la iglesia Mayor se unirán gracias a parrandas y serenatas en un melodioso abrazo.

Publication  : Télérama
Auteur  : Eliane Azoulay
31 janvier 2009
Titre  : Cuba, Punto et trova
de Sancti Spiritus
Ocora Radio France

Au centre de Cuba, une ville dont on parle peu : Sancti Spiritus, où s’est épanoui le punto cubano, style vieux de trois siècles qui évoque étonnamment le Mexique. Ces joutes poétiques rurales à deux voix sur entrelacs de luths, de guitares et de harpes aux rythmes ternaires sont le socle à partir duquel ont fleuri quelques-uns des métissages afro-espagnols majeurs de l’île. Ce double CD au livret imposant par sa longueur et sa précision rend ainsi hommage à la guajira, une danse aux cordes volubiles dont naîtra le son (prononcer « sone ») façon Compay Segundo.

Une large place est également accordée à d’autres genres, dans leur interprétation spécifiquement espirituana. La trova par exemple, le chant des trovadores, née plus à l’est, à Santiago de Cuba, à la fin du XVIIIe siècle, dans le sillage de la contredanse arrivée via les émigrés français qui fuyaient les révoltes noires de Saint-Domingue. Et aussi, la romantique sérénade, le tendre boléro ou la satirique guaracha. Le tout en version rustique originelle, d’avant les sophistications urbaines.

Publication  : JDC (Journal de la Corse)
Auteur  : Vincent Azamberti
Semaine du 23 décembre 2011 au 5 janvier 2012
Titre  : France, Corse, Canti & Musica – Anthologie de chants et musiques profanes
Ocora Radio France

Bien peu de temps après la parution d’un bon document réservé à Antoine Ciosi dont il a été rendu compte, voici que du même site culturel de Pigna se propose un nouveau et intéressant document, composé de textes et de deux CD, intitulé Canti e Musica, paru aux Éditions Ocora Radio France, soucieuses de poursuivre l’enregistrement d’une collection réservée aux musiques de divers pays et régions (1). On lira sous la plume de Toni Casalonga ces lignes pertinentes : « Il faut dire que nous revenons de loin ; après un XIXe siècle assombri par le mériméisme qui ne s’intéressait qu’aux chants de mort et de vengeance et un long début du XXe rendu sirupeux par l’identification au modèle tinorossien (2), il a fallu le Riacquistu des années 70 pour redécouvrir la beauté de notre patrimoine... ». À l’appui du projet réalisé par l’ensemble du document, on trouvera un historique de la musique corse. On y trouve en entrée : « Constitutif de leur être profond, le chant accompagnait les Corses de la naissance à la mort ». Suit un développement réservé aux instruments de musique. Tous nos compatriotes savent-ils qu’il existe un répertoire instrumental riche et varié ? Un des instruments privilégiés était et est de nouveau la cetera, cistre corse présent dans l’île depuis le début du XVIIe siècle. C’est de loin l’instrument le plus élaboré. Citons aussi la pifana, flûte de berger en corne de chèvre, la pirula, autre flûte faite de roseau, la cialamedda, instrument à anche battante simple (3). Au fil du temps, la guitare, la mandoline et l’accordéon sont devenus aussi traditionnels. Mais le violon ? Les violoneux Corses : la musique toujours à leur côté. Citons quelques titres introduisant aux pièces contenues dans les deux disques. Dans le premier CD : O Fiammo, lamentu qui illustre la force de la relation entre l’homme et son compagnon de travail, l’animal ; Ballu di I Castiglioni, chant dans lequel le violon dialogue avec un bourdon (4) ; Terzetti Rusinchi, qu’interprètent deux voix de femmes ; Paghiella di Tagliu, etc. Dans le deuxième CD, citons : Versu longu, paghjella ; L’Uliosu, quadrille par quatre violoneux, A Canzona di e tose, qui évoque ces femmes fort pauvres qui vendaient leur chevelure, etc.
La vérité de l’expression comprise en ces chants est presque palpable. Pace e salute !

Coffret Livret trilingue et deux CD

(1) Ocora Radio France. C560234 et C560235.
(2) Tino Rossi a profité des circonstances.
(3) L’anche est une languette dont les vibrations produisent les sons de certains instruments à vent (clarinette, hautbois, etc.).
(4) bourdon : à l’origine, jeu d’orgue aux sonorités douces et moelleuses.

Publication  : Le Monde de la Musique (CHOC)
Auteur  : Bertrand Dicale
Titre  : Honduras
Ensemble Wabaruagun - Chants des Caribs noirs
Ocora Radio France


L’épopée des Caribs noirs du Honduras est une des plus romanesques de l’histoire des afro-Amériques : quelques centaines de Noirs destinés aux plantations des Antilles, rescapés des naufrages de deux navires négriers, s’agrégèrent au XVIIe siècle aux Indiens caraïbes de l’île de Saint-Vincent, alors française, pour former une communauté d’hommes libres, dès le premier jour soumise aux convulsions de l’histoire coloniale. Le processus de créolisation de leur culture, déjà spectaculaire, s’accéléra lorsque, après avoir supplanté leurs hôtes amérindiens, ils furent déportés par les Anglais sur des îles côtières du Honduras, d’où ils gagnèrent en quelques années le continent au contact des Espagnols et des Indiens Miskitos. Implantés le long de la côte du Honduras, du Guatemala et du Belize, les Garinagu (corruption de Kallinago, nom sous lequel se désignaient les Indiens Caraïbes) sont porteurs d’une identité spectaculairement complexe : « chef-d’œuvre de syncrétisme », selon l’expression d’un anthropologue, leur religion combine le chamanisme et le culte des ancêtres amérindiens avec des rites et des pratiques d’origine ouest-africaine sur un fond de christianisme, leur langue contient beaucoup de mots français créolisés, Saint-Vincent a pris dans la mémoire collective une fonction de lieu originel mythique.
D’un point de vue musical, leur culture est à peut-être la dernière à porter la trace des mélodies caraïbes tout en ayant gardé la marque du quadrille français, dont on devine encore des trais mélodiques sous le gunchei des Caribs noirs. Leur usage de deux gros tambours frappés à main nue (primero et segundo) se rapproche de celui du maké et du boula dans le gwo ka de la Guadeloupe, avec lequel la proximité est d’autant plus flagrante qu’on y entend aussi des calebasses et des conques marines à deux notes. Parfois, donc, on a réellement l’impression d’entendre de la musique de la Guadeloupe ; ailleurs, la proximité avec certaines musiques rituelles d’Amérindiens d’Amérique centrale l’emporte. Et, même, dans un oremu egi, chant a cappella accompagnant le rapage du manioc, certains traits mélodiques et harmoniques évoquent de vieux chants de l’Île Rodrigues, dans l’océan Indien.
Ce collectage récent (2000) regroupe pièces dévotionnelles, extraits de rites de possession et musique sociale. Plus rigoureux, moins folklorisant que quelques disques parus ces derniers lustres à propos du Honduras, il ouvre de passionnantes pistes de recherche sur l’intrication des cultures dans les terres créoles, dans lesquelles on a trop longtemps cherché soit l’expression la plus lisse possible de musiques délicatement tropicales, soit l’affirmation d’une négritude aussi « pure » que possible. Il est dommage, par exemple, que le livret soit aussi lacunaire sur la question linguistique, l’auditeur devant s’en tenir aux conjectures quant aux bribes de créole français ou espagnol qu’il croit saisir çà et là.

Publication  : Répertoire (Recommandé par)
Auteur  : Étienne Bours
Titre  : Honduras
Ensemble Wabaruagun - Chants des Caribs noirs
Ocora Radio France


Après l’excellent disque consacré par Inédit et la Maison des cultures du monde aux Garinagu, c’est au tour d’Ocora de nous offrir une tranche de vie de cette population qu’on appelle aussi les Caribs noirs. Il est intéressant au plus haut point que les labels les plus fiables insistent sur ces traditions d’Amérique centrale à un moment où les musiques de ces régions du monde sont mises en exergue par divers producteurs et divers groupes qui ont souvent, trop souvent peut-être, tendance à jouer la carte de la world music et de l’amalgame un peu facile. On se souvient, par exemple, de ce disque prétendument garifuna qui présentait, il y a peu, un groupe de musiciens s’adonnant à une musique somme toute assez hybride et fortement teintée de clichés empruntés au raggae et à ses symboles les plus vendables. Certes, ce Original Turtle Shell Band était sympathique, mais beaucoup crurent sans doute qu’ils tenaient là un exemple de la culture traditionnelle garifuna alors qu’ils en écoutaient une version moderne et "rastafarisée".
Ocora, comme Inédit, nous ramène au cœur des traditions de cette population métissée entre esclaves africains et Indiens Caraïbes, une population qui au départ des Antilles finit par s’installer sur les côtes du Honduras, de Bélize et du Guatemala. Avec une batterie de percussions, une conque marine et des chants à réponses, les hommes et les femmes tiennent des rituels dédiés aux ancêtres au cours desquels ils échangent divers types de chants et de rythmes, des danses, ou encore certains chants a capella, répertoires masculins et féminins dont les origines indiennes et l’esprit africain semblent avoir fusionnés dans la nuit des temps. Les chansons profanes parranda sont présentes aussi ici, dans leur version la plus traditionnelle ; elles ont donné naissance à des expressions modernisées connues sur d’autres enregistrements . Ocora réussit, comme l’a fait Inédit, à nous mener au plus profond d’une culture étonnante et rarement enregistrée jusqu’il y a peu.

Publication  : Répertoire (10 de - L’événement du mois)
Auteur  : Étienne Bours
Titre  : Honduras
Musique garifuna - La tradition des Caribs noirs
Inédit - Maison des cultures du monde


On nous parle assez peu des Garifuna, ce peuple né de la rencontre invraisemblable entre esclaves arrivant d’Afrique et populations indiennes des Antilles. En 1635, des navires négriers espagnols firent naufrage au large de Saint-Vincent. Les rescapés furent-ils accueillis, et comment, par les Caribs, Indiens que l’on disait féroces et cannibales ? Toujours est-il que de cette rencontre devait naître un peuple nouveau, témoin des accidents de l’histoire. Les Garifuna ou Garinagu. Ils furent déportés et vivent aujourd’hui au Honduras, à Belize et au Nicaragua.
Leur culture et leurs expressions musicales sont empreintes de ces origines africaines et antillaises. Le culte des ancêtres y est essentiel et des pratiques chamaniques ou rites de possession sont encore de mise. À l’heure où déjà les modes musicales s’emparent de ces expressions et où certains groupes, dits garifuna, se laissent aller à de curieux mélanges aux relents de reggae, la discographie la plus proche des traditions est faible. On se souvient d’un excellent CD chez Caprice et d’un autre chez Détour, sans oublier un JVC japonais. Inédit nous propose cependant un enregistrement qui vient s’imposer comme le premier vers lequel il faut se diriger pour entrer en contact avec cette culture et la comprendre au mieux.
On retrouve ici des genres tels que punta ou parranda, déjà très exposés sur les autres disques. Mais l’enregistrement va plus loin en proposant divers chants et danses aux fonctions souvent rituelles. Certaines danses sont associées au rite dügü, longue cérémonie complexe où de jeunes femmes sont possédées par les esprits des ancêtres . Beaucoup de chants sont liés à des levées de deuil ou anniversaires de décès, soit un long déroulement s’étalant sur neuf jours au cours desquels chaque activité semble avoir son type de chant ou de danse. Voix et percussions sont omniprésentes. Le chant se fait volontiers a cappella. On entend également une conque dont le son de trompe fait immanquablement penser à certaines traditions haïtiennes.
Absolument essentiel, cet enregistrement est accompagné d’un bon livret qui nous permet une compréhension optimale d’une culture étonnante, méconnue, oubliée et certainement en danger.

Publication  : Trad Magazine (Bravo !)
Auteur  : Michel Plisson
Titre  : Honduras
Musique garifuna - La tradition des Caribs noirs
Inédit - Maison des cultures du monde


Un grand bravo pour ce magnifique travail de Cyril Vincensini & Andréa Romay sur les Garifunas (au pluriel Garinagu). On connaît cette culture afro méso-américaine depuis un certain temps déjà et quelques cd existent, disponibles en France, mais encore trop peu nombreux. Ces superbes enregistrements nous montrent à la fois la diversité des expressions culturelles des Garifunas, les autres enregistrements étant complètement différents de ceux présents sur ce cd et en même temps, la force de ces cultures afro-américaines qui malgré tous les bouleversements économiques, les difficultés quotidiennes de tous ordres, conservent une extraordinaire vitalité. On est fgrappé également de l’originalité de ces musiques, très différentes de leurs cousines afro vénézuélienne, haïtiennes, colombienne, portoricaine, de la beauté de ces voix de femmes a cappella et de la complexité des toques de tambores. Un disque sans défauts, très bien enregistré, de bonnes photos et un livret qui démontre la remarquable connaissance de terrain de Cyril Vincensini et le travail en profondeur qu’il y effectue.

Publication  : L’oeil électrique
Auteur  : Morvandiau
Octobre-novembre 2003
Titre  : Mexique La Huasteca, Danses et Huapangos
Ocora Radio France

Le monde a plusieurs trous du cul. Equitablement répartis sur la planète, on en trouve quelques-uns au Mexique. Bien avant l’existence de l’industrie musicale moderne, et donc hors de ses contingences, les cultures traditionnelles se sont perpétuées dans la boue et la poussière des champs. C’est là qu’est né le huapango, terme générique recouvrant une importante variété de musiques populaires mexicaines dansées sur une estrade. L’authenticité et la subtilité de leur développement harmonique et rythmique semblent parfois proportionnelle au degré de pochetronnerie des événements qu’elles accompagnent. Il est vrai que les syncopes ternaires endiablées invitent au déséquilibre. Déjà au dix-septième siècle, nous apprend le livret explicatif fort détaillé, les fêtes durent de l’après-midi au petit matin dans des débits de boisson appelés pulquerías et sont régulièrement frappés d’interdiction pour immoralité. Bref, on chante et on danse l’amour, l’alcool, le drame, le maïs et la révolution. Violons, guitares percussives, voix haut perchées, flûtes, harpes et tambours confinent tantôt à la transe, tantôt à la mélancolie. Si l’aspect sacré de la musique et de la danse améindiennes remonte au moins aux Aztèques, leur couleur est historiquement liée aux conquérants espagnols et à la musique noire. On songe aussi aux musiques manouche, cajun, bretonne, cubaine et l’enpasse. A croire finalement que le monde n’est qu’un seul et grand trou du cul.

Publication  : Routard Mag
Auteur  : Michel Doussot
4 nov 2003
Titre  : Mexique La Huasteca, Danses et Huapangos
Ocora Radio France

En route pour Veracruz ! C’est de là que viennent la plupart des enregistrements que l’on trouve sur ce disque grisant. Conformément à la ligne éditoriale du label Ocora, c’est un musicologue, Cyril Vincensini, qui s’est chargé de collecter les chants figurant dans ce volume. À l’origine, le territoire Huasteca est de culture maya - cela dit pour faire vite ! C’est la région du Mexique où débarqua le redoutable Cortés. On y joue aujourd’hui dans le style huapango. Comment est né ce dernier ? Bien malin celui qui pourrait, sans se tromper, dresser l’arbre généalogique des musiques populaires de ce coin du monde. Acculturés, mais pas complètement, mis en contact permanent avec les formes de danses et de chansons espagnoles, françaises et africaines, les populations et leurs trovadores ont élaboré d’étonnantes fusions. Celles que l’on écoute dans cet album sont produites par une douzaine d’ensembles semi-professionnels. Ce sont des airs tantôt enjoués, tantôt plaintifs, mais toujours syncopés. Ils sont interprétés à la guitare quinta ou huapanguera, au violon et chantés en solo ou en duo. L’un des principaux charmes de ces pièces à la fois rustiques et sophistiquées est justement le type de chant usité qui, s’il ressemble en majeure partie à celui que l’on pratique dans toute l’Amérique latine, est cependant ponctué d’envolées périlleuses sur le mode falsetto. Aah-hyyyy ! On aime ce disque par ce qu’il nous fait découvrir, mais aussi par son allure un peu bancale. Les obsédés de la chanson parfaite en seront pour leurs frais. En revanche, celles et ceux qui ne pensent pas à coller au mur les musiciens ou les chanteurs qui commettent quelques notes de traviole - et qui même, les pervers, aiment quand la musique est brute -, seront ravis de l’aubaine.

Publication  : Roots World
Auteur  : Michael Stone
Titre  : Wabaruagun Ensemble
Honduras : Songs of the Black Caribs
Ocora Radio France

The African-Amerindian Garifuna of Caribbean Central America represent one of few groups to effectively resist enslavement during the European colonial era. A resolute attitude of self-preservation conferred coherence in terms of language, kinship, subsistence patterns and other distinctive cultural features. Of course, the lived experience of economic development has impacted the Garifuna through the expansion of commercial agriculture (bananas, citrus, cattle ranching), tourism, and migration to find manual labor and service-sector employment throughout the region and in North America.

The resulting rapid changes in Garifuna communities since World War Two make this recording especially significant. A concerted effort to preserve and transmit the root forms of Garifuna music, song and dance, it documents the ancestor-oriented spirit possession practices at the core of Garifuna social life. Its cultural kinship is traceable to West Africa, similar to Cuban Santería, Haitian Vodun, Jamaican Revivalism, Carriacou’s Tombstone Feast and Big Drum funerary music, Trinidadian Shango, and Brazilian Candomblé and related forms.

Ethnomusicologist Cyril Vincensini contextualizes the music vis-à-vis Garifuna history, culture and spirituality, and delineates the main traditional forms. Women assume an elevated position in Garifuna spiritual life, and are the main singers, in a call-and-response format backed by men, who play a variety of locally made percussion and occasionally sing. Performance builds around a three-drum ensemble, along with tortoise shell percussion, rattles of Amerindian derivation, and the haunting caracol or conch-shell horn. This CD offers a critical point of comparison with a handful of documentary recordings made since the early 1950s, especially because the ensuing period has seen popular, amplified derivations of Garifuna music emerge in relation to secular dance. If you’ve wondered about punta rock, here are its expressive roots.

- Michael Stone