Accueil


Partenariats :


Corse
Canti & Musica - Anthologie de chants et musique profanes

Participer
à notre action
:

      En adhérant
      Par le mécénat
 

[ Retour ]

Corse/Corsica
CANTI & MUSICA
Anthologie de chants et musique profanes/
Antulugìa di canti è mùsiche prufani

 

 

Partenaires et soutiens de Musiques du Monde pour cette misssion :

Collectivité territoriale de Corse

ADAMI

Tapages & Nocturnes

Casa Editions

Centre culturel Voce

Auditorium de Pigna

Centre des musiques traditionnelles de Corse

Ocora Radio France

 

Articles associés :

- Anthologie de chants et musique profanes - Descriptif de la mission (novembre 2009)
- Canti & Musica - Paroles des chants
- Canti & Musica - Les titres non sélectionnés
- Canti & Musica - Les interprètes

 

L’idée de cette anthologie a germé d’un ensemble de souvenirs, et du désir de retrouver un son, des ambiances, des voix et des harmonies que peu de publications donnaient à entendre ou de façon partielle.
Le choix de laisser de côté le répertoire sacré pour se concentrer exclusivement sur les genres profanes pourrait sembler artificiel, tant l’une et l’autre sphère se sont alimentées mutuellement au fil du temps. Pourtant, nous assumons ce choix sans détours. Cette plongée dans la tradition populaire profane de l’île coïncide parfaitement avec les souvenirs, le son, les ambiances et les harmonies susmentionnés : c’est bien ce monde-là que nous voulions retrouver et donner à entendre. Le fait qu’il ait grandi et acquis ses contours actuels à peu de distance de l’enceinte des temples lui confère sans doute un éclat, un reflet, des accents qu’il n’aurait jamais eus sans cela, ce qui ne le rend que plus intéressant et digne d’intérêt, mais il n’en reste pas moins qu’un seuil sépare le profane du sacré, et nous avons donc pris le parti de ne pas le franchir l’espace de ce double album.

Mandoliniste à Loriani, années 1940-50

Ce choix ne pouvait que rencontrer un écho favorable chez nos partenaires de la Casa musicale et du Centre culturel Voce à la croisée de tous les chemins musicaux de l’île, pour qui l’intérêt d’une telle publication tombait sous le sens. C’est grâce à cette collaboration qu’au primer mobil mémoriel et théorique exposé plus haut se sont ajoutées de nombreuses autres facettes du patrimoine musical profane de l’île, qui ont largement complété le tableau. De l’avis de tous, cette anthologie était l’occasion de donner un espace discographique à des genres tels que le chjama è rispondi, grand absent de la production discographique corse, de faire cohabiter sur un même phonogramme des répertoires aux marqueurs historiques différents ; des formes chantées dont certaines possèdent une présence affirmée avec d’autres formes aujourd’hui délaissées voire tombées dans l’oubli ; des musiques de violoneux rythmant les bals d’autrefois avec des pièces à l’instrumentation renouvelée, basées sur des collectages anciens ou récents : autant de trésors jusque là dispersés sur un grand nombre de productions, que nous allions réenregistrer ou enregistrer pour la première fois en mettant à contribution une sélection d’interprètes amants de la tradition, et auxquels nous allions donner le maximum de visibilité en leur offrant une diffusion internationale, via la collection Ocora Radio France distribuée par Harmonia Mundi.


Cela impliquait aussi d’accompagner cette sélection de chants et musiques d’un livret détaillé, permettant à l’amateur de n’importe quel pays d’avoir une approche éclairée de l’ensemble du contenu, aussi divers fût-il. C’est chose faite avec ce livret en français, en corse et en anglais, sachant que, confronté à des problèmes de place (même un espace de 112 pages ne permet pas tout !), l’éditeur a choisi de résumer la version anglaise, retirer quelques petits passages de la version française, sans toucher à l’intégrité des textes, et mettre la version corse complète. A tout seigneur, tout honneur, les habitants de l’île bénéficient donc d’un traitement de faveur en ayant à leur disposition, dans leur langue, l’intégralité des contributions originales de Ghjermana de Zerbi, Toni Casalonga, damien delgrossi et Bernardu Pazzoni.

Paghjellaghji. Gravure de Toni casalonga
pour la couverture du livret de Canti & Musica