Accueil


Présentation :


Corse
Canti & Musica - Anthologie de chants et musique profanes
Ocora - 2011


participer à notre action :

      En adhérant
      Par le mécénat
 

[ Retour ]

Publication  : Répertoire (Recommandé par)
Auteur  : Étienne Bours
Titre  : Honduras
Ensemble Wabaruagun - Chants des Caribs noirs
Ocora Radio France


Après l’excellent disque consacré par Inédit et la Maison des cultures du monde aux Garinagu, c’est au tour d’Ocora de nous offrir une tranche de vie de cette population qu’on appelle aussi les Caribs noirs. Il est intéressant au plus haut point que les labels les plus fiables insistent sur ces traditions d’Amérique centrale à un moment où les musiques de ces régions du monde sont mises en exergue par divers producteurs et divers groupes qui ont souvent, trop souvent peut-être, tendance à jouer la carte de la world music et de l’amalgame un peu facile. On se souvient, par exemple, de ce disque prétendument garifuna qui présentait, il y a peu, un groupe de musiciens s’adonnant à une musique somme toute assez hybride et fortement teintée de clichés empruntés au raggae et à ses symboles les plus vendables. Certes, ce Original Turtle Shell Band était sympathique, mais beaucoup crurent sans doute qu’ils tenaient là un exemple de la culture traditionnelle garifuna alors qu’ils en écoutaient une version moderne et "rastafarisée".
Ocora, comme Inédit, nous ramène au cœur des traditions de cette population métissée entre esclaves africains et Indiens Caraïbes, une population qui au départ des Antilles finit par s’installer sur les côtes du Honduras, de Bélize et du Guatemala. Avec une batterie de percussions, une conque marine et des chants à réponses, les hommes et les femmes tiennent des rituels dédiés aux ancêtres au cours desquels ils échangent divers types de chants et de rythmes, des danses, ou encore certains chants a capella, répertoires masculins et féminins dont les origines indiennes et l’esprit africain semblent avoir fusionnés dans la nuit des temps. Les chansons profanes parranda sont présentes aussi ici, dans leur version la plus traditionnelle ; elles ont donné naissance à des expressions modernisées connues sur d’autres enregistrements . Ocora réussit, comme l’a fait Inédit, à nous mener au plus profond d’une culture étonnante et rarement enregistrée jusqu’il y a peu.