Accueil


Présentation :


Corse
Canti & Musica - Anthologie de chants et musique profanes
Ocora - 2011


participer à notre action :

      En adhérant
      Par le mécénat
 

[ Retour ]

Publication  : L’oeil électrique
Auteur  : Morvandiau
Octobre-novembre 2003
Titre  : Mexique La Huasteca, Danses et Huapangos
Ocora Radio France

Le monde a plusieurs trous du cul. Equitablement répartis sur la planète, on en trouve quelques-uns au Mexique. Bien avant l’existence de l’industrie musicale moderne, et donc hors de ses contingences, les cultures traditionnelles se sont perpétuées dans la boue et la poussière des champs. C’est là qu’est né le huapango, terme générique recouvrant une importante variété de musiques populaires mexicaines dansées sur une estrade. L’authenticité et la subtilité de leur développement harmonique et rythmique semblent parfois proportionnelle au degré de pochetronnerie des événements qu’elles accompagnent. Il est vrai que les syncopes ternaires endiablées invitent au déséquilibre. Déjà au dix-septième siècle, nous apprend le livret explicatif fort détaillé, les fêtes durent de l’après-midi au petit matin dans des débits de boisson appelés pulquerías et sont régulièrement frappés d’interdiction pour immoralité. Bref, on chante et on danse l’amour, l’alcool, le drame, le maïs et la révolution. Violons, guitares percussives, voix haut perchées, flûtes, harpes et tambours confinent tantôt à la transe, tantôt à la mélancolie. Si l’aspect sacré de la musique et de la danse améindiennes remonte au moins aux Aztèques, leur couleur est historiquement liée aux conquérants espagnols et à la musique noire. On songe aussi aux musiques manouche, cajun, bretonne, cubaine et l’enpasse. A croire finalement que le monde n’est qu’un seul et grand trou du cul.